Trop sollicités, trop bousculés et souvent trop peu épaulés, les enfants peuvent rencontrer certaines difficultés dans leur développement.

Pour nous, parents des enfants d’aujourd’hui, réussir dans la vie signifie parfois et trop souvent que nos enfants doivent réussir dans le sens de la performance et de la réussite sociale.

Il faudrait réussir à l’école, apprendre des langues, être bon en sport, faire des compétitions, ramener des médailles, etc. Où est la notion de plaisir dans tout cela !

On ne peut affirmer que le stress soit en augmentation mais ce qui est certain c’est qu’il règne dans notre société plus d’insécurité et les repères sont moins évidents. Nous ne sommes peut-être pas disponibles pour nos enfants et marquons de ce fait plus de réticence à entrer en conflit avec eux et renonçons ainsi à mettre des limites claires à leur éducation.

On ne peut également pas tout partager avec nos enfants : un enfant ne doit pas être pris à partie ou devenir le confident de l’adulte ou le messager au sein d’un conflit opposant des adultes, par exemple.

Un enfant stressé deviendra-t-il un adulte stressé ? Il est certain qu’un surcroît de stress peut être défavorable au développement normal de l’enfant dans tous ses aspects et l’enfant stressé va consacrer toute son énergie à y faire face au détriment de son activité psychique.
Les manifestations du stress dépendent beaucoup de l’âge de l’enfant. Un surcroît d’anxiété se manifeste souvent au niveau du corps (pipi au lit, apathie, pleurs, irritabilité, baisse de rendement scolaire,…)

La notion de stress signifie que quelque chose dépasse les capacités de métabolisation psychique de l’enfant. Il ne parvient pas à digérer psychiquement un événement et il le montre. Quand un enfant montre un mal-être ou des difficultés de vie, ça vaut la peine de faire le point sans pour autant s’embarquer dans des thérapies compliquées.

Le conseil que nous pourrions écouter, nous, parents, est de prendre des moments de liberté, de jeux, le temps de partager de bons moments avec nos enfants, des moments où on peut aussi se parler et être à leur écoute.

Adapté de ” Dialogue et Santé, juin 2002 ” Docteur Carine De Buck pour l’école St-Joseph.